🔴 🇪🇬 🇵🇸 🇮🇱 | Mahmoud Al-Mardawi, un leader du #Hamas, a déclaré que l'#Egypte refuserait de coopérer avec #Israël, l’accusant de propager un discours irrationnel et d'avoir violé l'accord.

🇵🇸 En cette journée de commémoration des 76 ans de la #Nakba (catastrophe en arabe), nous nous souvenons avec respect et dignité de la tragédie qui a touché le peuple palestinien en 1948.

Nous rendons hommage aux victimes de cette période sombre de l'histoire, durant laquelle des centaines de milliers de Palestiniens ont été contraints de quitter leurs foyers, privés de leur terre et de leur identité, sans jamais pouvoir y retourner.

#NakbaDay

Tchad Alerte 🚨 : Une source TchadOne à la direction de campagne de la Coalition « Tchad Uni » a confirmé la victoire de Succès Masra à Abéché.

Mali : Communiqué de presse sur le non-renouvellement du mandat d’EUTM Mali #Mali #Malivox -

L'envoyé allemand à Ramallah chassé d'une université par des étudiants palestiniens (VIDEO)

En savoir plus sur RT en français: https://francais.rt.com/international/110924-envoye-allemand-ramallah-chasse

L'armée israélienne lance son opération à Rafah malgré l'accord du Hamas sur une trêve

Zakharova : les militaires français seront «inévitablement des cibles» s'ils apparaissent en Ukraine

En savoir plus sur RT en français: https://francais.rt.com/russie/111025-zakharova-militaires-francais-seront-inevitablement-cibles

Tapis rouge, soutien dans le dossier taïwanais, contrats économiques : Xi Jinping accueilli chaleureusement en Serbie

En savoir plus sur RT en français: https://francais.rt.com/international/111031-tapis-rouge-xi-jinping-serbie

Accord «de principe» pour utiliser les avoirs russes gelés : les membres de l'UE «ouvrent la boîte de Pandore»

En savoir plus sur RT en français: https://francais.rt.com/international/111034-accord-principe-pour-utiliser-avoirs-russes-geles

Le #Vietnam postulera pour rejoindre les #Brics en 2024 selon des proches de #XiJinping.

Plus de 35 candidatures se sont portées pour cette Alliance créée par le #Brésil, la #Russie, l’#inde, la #chine et la #southafrica.

Des pays comme la #Colombie ou le #niger pourraient intégrer les BRICS.

🟢« Vladimir Poutine est l’un des plus grands dirigeants de ce monde. Il a amené la Russie🇷🇺 à un stade de développement qui a déjà fait de la Russie l’une des nouvelles superpuissances », a déclaré—🗣️ le président vénézuélien🇻🇪 Nicolas Maduro.

Ligue des champions: l’heure de vérité pour le PSG face au Borussia Dortmund https://rfi.my/AZzX.x

En visite à Paris, Xi Jinping déclare vouloir «œuvrer avec la France» à «résoudre la crise» en Ukraine

En savoir plus sur RT en français: https://francais.rt.com/international/110989-visite-paris-xi-jinping-paix-ukraine

Le migrant atteint d'un cancer qui a gagné 1,3 milliard de dollars à la loterie américaine. Voici comment il compte utiliser le pactole.

L'histoire vraie de "Whipped Peter", l'esclave dont la photo choquante a changé la perception de l'esclavage en Amérique.

Le Tchad est-il le dernier point d'ancrage de la France sur le continent ?

REPLAY / Grand succès de la XIIe Conférence des Ambassadeurs Africains de Paris, dédiée au partenariat renouvelé du Groupe AFD avec l’Afrique

Stéphane Tabarié, chef du bureau Afrique subsaharienne de la DG Trésor, lors de son intervention au Forum Afrique du Cian-L’Opinion, le 23 avril 2024 à Paris. © AM/APP
.

Stéphane Tabarié, chef du bureau Afrique subsaharienne de la DG Trésor, rebondit sur le propos de Benoît Chervalier, estimant que « ce à quoi l’on assiste en Afrique, c’est à une transformation de la présence française, historiquement de l’export, vers l’investissement. C’est plutôt quelque chose à mettre au crédit des entreprises françaises et il faut, je pense, qu’elles communiquent davantage sur cette réalité, peu connue mais appréciée localement à la fois des gouvernements et des populations, notamment pour la création d’emplois et les formations. »

Aujourd’hui, on compte autour de 5 000 entreprises sur l’ensemble de l’Afrique et 2 500 en Afrique subsaharienne, estime Stéphane Tabarié. Surtout, « leur nombre a augmenté de 60 % en dix ans, relève-t-il. Cela signifie que, par rapport à quelques décisions d’entreprises qui se retirent, nombreux sont les nouveaux entrants qui pénètrent le continent ».

Sur la question des financements, Stéphane Tabarié a rappelé que depuis plusieurs années, l’AFD réalise plus de 5 milliards par an d’engagements sur l’Afrique, soit la moitié de son budget total. De son côté, le Trésor s’est impliqué pour 1,5 milliard de crédit export pour l’Afrique, sur 50 projets, et une dizaine de prêts du Trésor pour environ 200 millions d’euros ont été déployés dans des prêts directs aux gouvernements, pour des projets avec des entreprises françaises.

Certes, il est évident que la France ne peut pas à elle seule subvenir aux besoins de l’ensemble du continent africain en termes de financement. « C’est pourquoi, depuis quatre ans, le gouvernement français est extrêmement mobilisé au niveau multilatéral pour développer notamment tout ce qui est le recyclage des droits de tirage spéciaux et l’augmentation des moyens de la Banque mondiale – sur lesquels des résultats ont été obtenus. »

Quant au recul des investissements chinois, Stéphane Tabarié estime qu’« il ne faut pas forcément voir un signal négatif dans leur recul de ces dernières années. Car parfois, par le passé, ces financements avaient en réalité contribué à endetter exagérément certains pays bénéficiaires. Aujourd’hui, il y a une réelle volonté, côté chinois, de mieux cibler des investissements et de ne pas entretenir des dynamiques de dette non soutenables pour les pays. Je pense à certains pays d’Afrique de l’Est, – l’Éthiopie, la Zambie, le Kenya – où les investissements chinois avaient été très importants, mettant parfois en danger la soutenabilité des pays. »

………

SUR LE MÊME SUJET

Au Forum CIAN-L’Opinion 2024, consensus autour du bel avenir annoncé à la Francophonie économique en Afrique

Vincent Di Betta, responsable de l’activité conseil international de Bpifrance, lors de son intervention au Forum Afrique du Cian-L’Opinion, le 23 avril 2024 à Paris. © AM/APP
.

Vincent Di Betta, responsable de l’activité conseil international de Bpifrance, explique que l’un des axes d’action importants de la banque publique est de « participer, avec beaucoup d’humilité, à la création d’un environnement » propice pour que les entreprises françaises puissent exporter et se développer sur le continent africain. Cela se concrétise notamment par le programme de « l’Accélérateur Afrique ». Déployé en partenariat avec Business France et la Team France, il s’adresse aux dirigeants de PME et ETI françaises qui souhaitent s’implanter en Afrique. Avec Averroès, qui est un fonds de fonds, l’objectif est cette fois de faire grandir les PME locales.

Mais un élément nouveau se fait jour et mérite d’être remarqué, estime Vincent di Betta. C’est la demande formulée par les autorités locales de créer des outils de financement pouvant soutenir la création d’emplois, donc les entreprises. Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo et le Bénin ont déjà formellement souhaité créer ces banques de développement en coopération avec Bpifrance, et d’autres pays s’y intéressent.
Ainsi, « notre dispositif Choose Africa 2 est une initiative très forte et très novatrice en vue d’apporter de la ressource financière à un pays qui veut se doter d’une banque de développement. Ressource financière à la fois pour financer et pour faire de l’assistance technique. »

Car cela fait des dizaines d’années que l’on investit beaucoup d’argent dans l’accompagnement, mais totalement déconnecté du financement, et avec des résultats unanimement reconnus comme trop médiocres, voire inexistants.
La nouveauté majeure avec Choose Africa 2, « c’est que l’accompagnement est au centre de tout le continuum de financement, relève Vincent Di Betta.
Et c’est le secteur public qui le fait, qui prend le risque et qui entraîne le secteur privé. Alors oui, c’est fou parce que c’est un changement total de paradigme, c’est mettre l’entrepreneur à tous les niveaux, dans les ministères, dans les écoles, dans l’éducation ».

Premier intervenant du panel, Papa Amadou Sarr, Directeur exécutif de l’AFD, observe qu’aujourd’hui, malgré le contexte peu favorable et les crises géopolitiques – Sahel, Corne de l’Afrique – le taux de croissance du continent avoisine les 4 %, comme avant la crise de la Covid.

« Longtemps portée par les exportations de matières premières, la croissance se diversifie, observe-t-il. Il y a de plus en plus de transformation locale, l’industrie et le secteur tertiaire comment à pendre de l’ampleur dans certaines zones géographiques du continent, qui aussi est marqué par la diversification des partenaires. Leur compétition pour prendre des parts de marché génère une émulation que les dirigeants devront mettre à profit. »
Selon le Directeur exécutif de l’AFD, la question de la pression démographique et son corollaire la migration exige que « la croissance puisse profiter à la majorité des populations africaines et avoir de l’impact en termes d’emploi des jeunes, qui est aujourd’hui le problème majeur de tous les pays du continent. »

Papa Amadou Sarr, Directeur exécutif de l’AFD, lors de son intervention au Forum Afrique du Cian-L’Opinion, le 23 avril 2024 à Paris. © AM/APP

Au Forum Afrique Cian-L’Opinion / Benoît Chervalier, VP Afrique de Medef Int. : « L’exception française en Afrique, ce sont 500 000 emplois portés par 4 400 entreprises françaises du continent »

Nuestra dirección de correo es:

CONSORCI DE LA ZONA FRANCA DE BARCELONA
Av. Parc Logístic, 2-10
Barcelona, 08040
Spain

”Le Cameroun retire ses réserves d’or des Etats-Unis. Le Sénégal retire son or des USA.” À quel moment les réserves d’or des pays de la zone cfa ont-elles été détenues ailleurs qu’à la Banque de France, à la Bceao et à la Beac, conformément aux conventions monétaires signées? 🤦🏽‍♀️

[ 🇫🇷 FRANCE ]

🔸 À partir de ce week-end, EDF mettra à l’arrêt le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Cattenom, pour une durée de 100 jours. En cause, une production d’électricité trop importante dans l’Hexagone. Cela permettra d’économiser du combustible.